Home Conseils Comment trouver un bon développeur en Algérie?
Comment trouver un bon développeur en Algérie?

Comment trouver un bon développeur en Algérie?

1.34K
7

Les développeurs sont de plus en plus recherchés en Algérie comme ailleurs. Dans les pays où l’usage des nouvelles technologies et où la formation des développeurs est très matûres, les bons développeurs sont une denrée rare mais surtout parce que la demande est immense. Les recruteurs se battent pour les attirer dans leur entreprise. La question qui nous intéresse ici c’est donc : comment trouver et recruter un bon développeur en Algérie? Voici quelques conseils pour vous aider à trouver les meilleurs profils et à faire le bon choix.

Bien définir le profil recherché

Si vous n’êtes pas vous même du monde du développement, commencez par définir avec l’aide de votre CTO ou d’une personne plus “technique” que vous les compétences (langages de programmation, framework…) dont vous avez besoin pour vos projets. Ne cherchez pas forcément une personne maitrisant toutes les technologies mais misez plutôt sur une personne intelligente, maîtrisant ce qu’elle fait et motivée à apprendre. Vous pourrez alors prendre le temps de la former, combler ses lacunes et lui inculquer l’esprit de votre startup en espérant un bon retour sur investissement.

Ne vous focalisez pas trop sur la formation et les diplômes mais intéressez vous aussi aux autodidactes. Il est tout a fait possible de trouver un jeune autodidacte passionné de programmation qui répondra plus à votre besoin qu’un Ingénieur débutant. Un bon développeur sait apprendre seul sur internet et aime rester à jour sur les dernières technologies. D’ailleurs, n’hésitez pas durant l’entretien d’embauche à poser des questions sur les dernières actualités concernant la technologie qui vous intéresse afin de tester sa culture et son intérêt pour celle-ci. Plus généralement, essayez de voir si la personne est technophile et si elle s’intéresse au monde du développement de manière générale.

Savoir où chercher ou attirer sans chercher

Selon votre budget vous pouvez mettre une annonce sur le site Emploitic (comptez environ 20000 DA l’annonce) ce qui vous permettra aussi d’avoir accès à une large banque de CV. Vous pouvez aussi essayer d’autres sites avec certaines offres gratuites (Ouedkniss, Emploi Algerie… sont des bonnes alternatives) ou tout simplement sur les réseaux sociaux (Linkedin, Facebook, Twitter…), par exemple sur des groupes facebook de développeurs. Après chaque campagne de recrutement ne jetez pas tous les CV reçus, certains peuvent s’avérer plus intéressants pour des prochaines embauches.

Une très bonne façon, si ce n’est la meilleure, pour trouver des bons développeurs ou des bons employés de manière générale reste la recommandation par des personnes de votre entourage : vos amis, votre réseau professionnel et vos employés si vous en avez déjà. Ces derniers sont d’ailleurs bien placés pour connaitre les besoins de l’entreprise et ils ne se risqueraient pas (en théorie) à ramener une personne qui n’est pas adaptée au poste.  

De plus, votre startup doit donner envie aux développeurs de venir chez vous. Les candidats peuvent postuler chez vous à partir d’une offre d’emploi mais aussi par candidature spontanée. Sachez avoir une bonne visibilité sur le web en communiquant via votre site internet ou sur les réseaux sociaux et essayez d’être présents aux évènements réunissant des développeurs comme par exemples Algeria2.0, Algiers Developer Meetup, Startup Weekend… ou encore des évènements organisés au sein même des écoles et universités.

Confirmer avant l’embauche

Dans tous les cas n’embauchez jamais quelqu’un sans passer par une période d’essai afin de vous assurer que la personne convient bien au poste en termes de compétences mais aussi (et surtout?) au niveau du comportement, du sérieux, de l’assiduité, de la motivation etc… Ce n’est pas tout de savoir bien coder encore faut-il savoir s’intégrer à une équipe et communiquer, être un minimum autonome sans être têtu, savoir suivre des règles de gestion de projets et des standards de codage etc.

Si le développeur que vous voulez embaucher à déjà travaillé n’hésitez pas à appeler son ancien employeur. Vous pouvez aussi dénicher des informations via les réseaux sociaux. Menez l’enquête comme vous pouvez car cela peut vous faire à gagner beaucoup de temps, mieux vaut se rendre compte très tôt que la personne ne correspond pas à vos attentes.

Un autre recommandation importante : il est vivement déconseillé d’embaucher un freelance! Ce dernier pourrait continuer en parallèle ses projets et donc ne pas être suffisamment investi dans l’entreprise.

Un mot sur les salaires

Si vous débutez, commencez par vous renseigner sur la moyenne des salaires de développeurs pratiqués en Algérie. Vous pouvez lire l’article de Abdeslem Menacere sur “les salaires des développeurs Algériens en 2015” qui évalue entre 18000 et 50000 DZD le salaire d’un débutant, 35000 et 60000 pour un junior, 50000 et 85000 pour une personne expérimentée et au minimum 75000 pour un profil confirmé avec des responsabilités importantes au sein de l’équipe. Sachez aussi que certains languages ou technologies vous coûteront plus cher que d’autres. Par exemple un développeur pour des applications mobiles sera plus cher qu’un développeur web classique ou encore une personne maitrisant Ruby sera plus difficile à trouver (donc plus chère) qu’un développeur codant en PHP.

Une startup démarre en général avec peu de moyen surtout en Algérie ou les business angels ne courent pas les rues et où il est donc difficile de trouver des investisseurs. Essayez tout de même de vous placer, selon vos moyens, au plus près de la fourchette haute des salaires. Dans tous les cas et surtout si vous commencez avec un salaire bas pour tester le développeur, il faudra être prêt à augmenter son salaire quand il aura fait ses preuves ou lorsqu’il sera monté en compétence. Si vous voulez garder votre employé il faudra mettre la main à la poche. Comme le rappelle Abdeslem Menacere, le critère le plus important pour fixer un salaire reste les compétences du développeur avant même l’expérience.

Enfin, vous pouvez utiliser le dispositif d’aide au recrutement de l’ANEM concernant les employés qui n’ont jamais travaillé auparavant et qui consiste en une participation de l’état pendant 3 ans sur leurs salaires en fonction de leurs niveaux d’études ainsi qu’une diminution des charges sociales. Vous pouvez aussi proposer une partie de la rémunération sous forme de cessions de parts sous condition que le développeur reste une certaine durée avec vous. Cela permettra de le motiver et d’en faire un véritable associé qui s’investira plus dans la startup.

Conclusion

Le bon développeur pour votre entreprise sera celui avec qui vous allez aimé travailler, celui qui saura se former et qui sait communiquer avec les autres c’est à dire savoir expliquer un problème, des choix, savoir demander des explications quand il le faut et proposer des solutions. C’est aussi celui qui se sentira concerné par la réussite de l’entreprise. Tout cela vous ne le verrez qu’avec le temps d’où la necessité de passer par une période d’essai et de se renseigner autant que possible sur la personne. Une dernière chose qui peut s’améliorer avec l’expérience : votre intuition. Elle peut parfois bien vous orienter mais pas toujours donc restez rationnel et regardez les faits puis écoutez votre intuition car comme pour le choix d’un associé le feeling compte beaucoup dans l’embauche d’un nouvel employé.

Comment(7)

  1. Les projets IT coûtent encore très peu en Algérie, ce qui ne permet pas de pouvoir garantir à la boite/startup une visibilité en matière de ressources financières, et la possibilité également de recruter une équipe importante, ainsi lui offre les ressources financière et matérielles pour son épanouissement. Payer des développeurs 30K dinars et les mettre entassés dans une pièce cloîtrée n’a jamais été productif.
    Pour l’anecdote, j’ai reçu une offre de service par mail, il s’agit du développement d’applications mobiles à 49’000 DA …. histoire d’avoir une idée du malaise dans lequel ce secteur se trouve.

    1. En effet, je pense qu’il y a un malaise concernant les TIC en Algérie, mais il est à mon avis beaucoup plus profond. Je discute parfois avec des chefs d’entreprises classiques (encore à l’ancienne on va dire). Beaucoup ont du mal à voir la valeur ajoutée que peut apporter un système d’information à leur entreprise. À l’heure de la course à la visibilité sur le net ou l’augmentation de la productivité des entreprises avec les nouvelles technos, en Algérie les entreprises restent encore avec des méthodes de travail très vieillot (que ce soit marketing, relation client ou autre), et ont du mal à assimiler les TIC dans leur société. Ceci est à mon avis également dû aux habitudes donné par l’administration avec ses méthodes très archaïques. Et du coup cela fait que derrière, le marché de l’offre au niveau des boites de prestation a du mal à suivre et se trouve contraint à faire un espèce de lowcost pour espérer récupérer quelques miettes. Les développeurs se retrouvant au final avec des salaires de misère et la freelance deviennent la norme ce qui complique encore plus les choses.

  2. a mon humble avis les chiffres son très réaliste mais si on ce base sur ce que peux gagné un développeur confirmes en free lance avec un bon background de clients et plus rémunérateurs a mon sence donc pour un dev confirmée faire deux appli par mois ou 2 site par mois serai plus que rémunérateur et de loin des 85000 da /moi et ça reste une ides a débattre bien-sur

    1. Salam,
      Il y a en effet une très grande différence entre un free-lance et un employé à temps plein. Le free-lance gagne par projet, par heure, et le risque de n’avoir par un contrat continue fait que sa rémunération est logiquement plus grande. L’article de Menacera, que je trouve en passant très bon, donne des chiffres pour des employés à temps plein.
      Aussi, il y a une très grande différence entre faire deux sites par mois ou deux applications de gestion par mois. Si je ne me trompe pas, faire des sites c’est plus de la configuration que la programmation (ce n’est nullement péjoratif). Faire une application, c’est d’avoir la capacité de compréhension système, de savoir extraire les specs métiers, de savoir décrire les specs fonctionnels, de savoir concevoir et le SI et l’architecture, et enfin de savoir intégrer tout ceci par un développement intégrateur. J’aimerai bien connaitre ces développeurs qui peuvent réaliser deux applis par mois, ou du moins j’aimerai bien connaitre ces applications qui peuvent se faire en deux semaines!
      Menacera a définit le terme rockstars, et je pense que les rockstars doivent avoir plus que 100000. À titre d’exemple, au Maroc les rockstars gagnent plus que 15000DH (faite la conversion), et je suis sur qu’ils ne sont pas aussi bons que les Algériens.
      Bonne continuation.

      Elmehdi, Ph.D., MBA

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *